Le parcours d’une nouvelle arrivante : Ma vie au Canada

Déménager vers un autre pays n’est pas une expérience toujours facile. Il faut rechercher un emploi, s’adapter à une nouvelle communauté, une nouvelle gastronomie et à un environnement différents, tout en ayant laissé derrière des membres de la famille et des amis. Je suis une nouvelle arrivante, et voici mon histoire.

Mon nom est Pamela Yengayenge. Je viens du Burundi et j’ai récemment immigrée au Canada. J’ai parcouru le monde comme touriste et comme étudiante étrangère, mais l’Amérique du Nord était la dernière destination sur ma liste.

Je suis arrivée au Canada pour rejoindre mon conjoint en avril de l’an dernier. Bien que j’avais ici une sœur qui était déjà citoyenne canadienne, j’étais tout de même un peu nerveuse et hésitante à l’idée de recommencer ma vie à zéro et de m’adapter à une nouvelle vie et au climat canadien, plus particulièrement à l’hiver. J’ai vécue en Europe et connu toutes sortes d’hivers, mais l’hiver au Canada représentait une toute autre expérience. Je dois dire que j’aime les systèmes qui sont mis en place pour soutenir les nouveaux arrivants et faciliter leur intégration.

Trouver un travail convenable
La plupart des gens que je connaissais ici me disaient que sans résidence permanente, citoyenneté canadienne ou expérience de travail au pays, il me faudrait des années avant d’atteindre dans ma carrière une position équivalente à celle que j’occupais dans mon pays d’origine. Tout ça me rendait nerveuse et inconfortable.

En fin de compte, les choses se sont bien passées ! Je me suis rendue à des salons de l’emploi dans ma ville d’accueil, où j’ai échangé avec des employeurs à qui je remettais toujours mon curriculum vitae. J’ai eu de la chance, car deux semaines après avoir participé à un salon, un gestionnaire que j’avais rencontré m’a appelée. Il m’a dit qu’il était impressionné par mon parcours professionnel et m’a demandé si je serais intéressée à passer une entrevue. Une semaine plus tard, on m’annonçait que j’avais réussi l’entrevue. J’ai été embauchée par une multinationale à titre de représentante auprès de la clientèle et j’ai débuté une formation de quatre semaines, visant les services offerts par l’entreprise et aider ainsi  les nouveaux arrivants à renforcer leur connaissance du pays et de sa culture. Le fait que je suis bilingue a joué en ma faveur.

Ce poste m’a permis d’étendre mon réseau de contacts partout au Canada. Il m’a permis d’ajouter une première expérience de travail au Canada à mon curriculum vitae. Plus tard, j’ai trouvé un travail plus intéressant dans mon domaine, la gestion de projets, que j’occupe aujourd’hui au sein d’un organisme.

S’intégrer à la société canadienne
Je me suis jointe au groupe d’expatriés InterNations, où j’ai rencontré des gens de partout dans le monde, et des Canadiens également. Ce groupe organise toutes sortes d’activités stimulantes. Je me suis fait de nouveaux amis, j’ai découvert de nouveaux passe-temps ; j’ai dû parfois quitter ma zone de confort, mais tout cela faisait partie d’accumuler de nouvelles expériences de vie. J’ai remarqué combien la plupart des Canadiens sont amicaux, polis et courtois, mais j’avoue qu’à côté de cela, il est difficile de savoir ce qu’ils pensent vraiment. Je suis vraiment reconnaissante de côtoyer mes collègues canadiens. Depuis le début, ils sont toujours prêts à m’aider et me poussent à acquérir de nouvelles compétences.

Alors que ça se passait bien au travail, j’ai rencontré quelques obstacles pour trouver le logement, car je n’avais pas d’historique ou de dossier de crédit : le système canadien repose sur une bonne cote de crédit lorsque vient le temps entre autres de louer un appartement, ce que je n’avais pas encore eu le temps d’acquérir puisque je venais d’arriver au pays.

Trouver l’équilibre
Bien que mon émigration au Canada m’ait posée des défis, l’expérience m’a fait beaucoup grandir et je continue d’évoluer. Je suis fière d’être au Canada, car ce pays m’a permis de m’épanouir. C’est un pays au service des communautés par le biais de programmes ciblés, comme les programmes d’intégration des nouveaux arrivants, qui m’a beaucoup aidé. Je suis devenue responsable de ma vie. Je peux payer toutes mes dépenses sans avoir à vivre chez mes parents. Je peux avoir des rêves d’avenir, fonder une famille et vivre dans un endroit paisible et aux multiples opportunités.

Pamela Yengayenge

Pamela Yengayenge
Agente de projet
Familles Canada

Join our Newsletter

Categories

Latest Events

december, 2020

No Events

Families Canada

COVID-19 Resources (EN) | Ressources COVID-19 (FR)

Scroll Up
X